Franc suisse, une monnaie refuge ?

Avec le ralentissement de la Chine, l’économie mondiale entre dans une période de doute. Les échanges commerciaux baissent, tandis que l’on constate une montée de la crainte des investisseurs face à un risque de nouvelles tensions financières à l’échelle globale. La quête de valeurs refuges, en ces temps troubles, est devenue une nécessité. Le franc suisse, depuis plusieurs décennies, semble jouer un rôle de protection toutes les fois où il y a crise. Toutefois, l’on constate qu’il n’est pas toujours à l’abri d’un certain comportement volatile. Des économistes affirment que la fiabilité du franc n’est plus aussi forte qu’auparavant. Y a-t-il des raisons de remettre en cause le statut de monnaie refuge de la devise helvétique ? En ces périodes d’incertitude boursière, telle semble la question urgente à se poser.

Franc suisse, monnaie refuge historique

francsisse

La valeur du franc suisse tend à baisser lorsque l’économie mondiale se porte bien. On peut formuler différemment ce constat en affirmant que lorsque les actions boursières partent en hausse, le franc connait une période moins prospère. En revanche, lorsque, du point de vue des investisseurs, le risque du marché s’accroit, il se revalorise face à la plupart des autres grandes monnaies. En cela, la devise suisse joue de façon attendue son rôle de valeur refuge. La corrélation entre la baisse de valeur des actifs financiers cotés en bourse et l’appréciation de la monnaie helvétique s’explique de plusieurs façons. La politique monétaire conservatrice de la Suisse mêlée au fait que le pays continue de posséder l’une des plus importantes réserves d’or sur le continent européen. Mais, surtout, des fondamentaux économiques qui font partie des plus solides d’Europe. Ainsi, le taux de chômage suisse se situe à un niveau confortablement bas tandis que celui de la production et des exportations demeure parmi les plus performants du monde. Résultat, un accroissement du Produit Intérieur Brut (PIB) malgré un contexte économique mondial qui n’incite pas au dynamisme des investissements. La grave crise sur les marchés hypothécaires ayant eu lieu quelques temps déjà a montré que le franc suisse continue de susciter un important engouement lors des périodes de grande panique sur les marchés financiers.

Le franc suisse, concurrencé de plus en plus par d’autres monnaies

Il serait toutefois erroné de croire que la monnaie suisse est l’unique référence lorsqu’il s’agit de bénéficier d’un rendement de taux de change favorable. D’autres grandes devises le concurrencent dans ce domaine, pour ne citer que le dollar américain et le yen japonais. Il arrive ainsi que le franc perd du terrain face à ses principaux rivaux, accentuant par-là sa volatilité. A noter toutefois que de l’avis de certains économistes, la concurrence de la monnaie unique européenne, l’euro, a stabilisé l’impact des crises sur le franc suisse. Par ailleurs, ce dernier fait aussi l’objet de spéculation de la part des investisseurs. Ceux-là empruntent en francs suisses pour acheter des placements dotés d’un rendement élevé. Ce type de comportement est favorisé par le fait que comparativement aux autres grandes monnaies, le niveau de taux d’intérêt du franc suisse est relativement faible. Conséquence de cela, la devise helvétique fait l’objet de vente massive sur le marché monétaire au profit de produits libellés dans d’autres monnaies, ce qui porte sa valeur à la baisse. Malgré les concurrences et les spéculations diverses, il n’apparait pas toutefois que la monnaie helvétique ait réellement perdu de son attractivité en tant que monnaie refuge en temps de crise.

Le marché des changes continue d’évoluer au rythme des grandes nouvelles macroéconomiques. Aujourd’hui, c’est la Chine qui est en difficulté. Demain, ce sera peut-être au tour d’un autre géant. L’importance des monnaies en tant que valeur refuge apparait de plus en plus importante pour se protéger des aléas de l’économie moderne. Car, elles sont liquides, faciles à échanger et reconnues de façon quasi-universelle. Porté par des fondamentaux économiques sains, le franc suisse devrait continuer à jouer son rôle de monnaie refuge dans les prochaines années. Toutefois, en raison de la grande interdépendance entre les économies, il serait hasardeux de miser uniquement sur cette valeur refuge. La diversification de portefeuilles d’investissement est ainsi un impératif majeur qu’il convient de rappeler. Les monnaies, les métaux précieux, mais aussi certains types de terrains sont autant de solutions dans un monde en crise.