Expliquer la déflation et comment protéger son pouvoir d’achat

La déflation définit une économie qui connait une baisse générale du niveau des prix. Il s’agit d’un phénomène pouvant entrainer une baisse de croissance sur plusieurs années, voire décennies. Si l’inflation est souvent perçue  comme un véritable poison, surtout lorsqu’elle est hors de contrôle, la déflation, elle, est encore plus redoutée, car, il est plus difficile de s’en échapper.  Ses conséquences sont nombreuses, autant pour l’Etat que les ménages. Existe-t-il alors des moyens pour se préserver des effets de la déflation ? A quels actifs faut-il avoir recours pour se protéger ? Ce sont les questions auxquelles nous allons tenter de répondre dans ce qui suit.

Le cercle vicieux de la déflation

La déflation a déjà frappé plusieurs pays par le passé, dont les Etats-Unis. Sur la vie économique, elle entraine en premier une diminution de la consommation. Les ménages s’attendent en effet à une baisse encore plus conséquente des prix. Ce comportent influe directement sur la production des entreprises. Ces dernières, voyant ainsi un ralentissent de leurs ventes, vont commencer à ralentir leur production. Ce qui entraine une réduction des investissements, réduction qui va à son tour provoquer la montée du chômage, qui, elle, va renforcer la chute de la consommation, et ainsi de suite. La déflation plonge l’économie dans un cercle vicieux dont il est presque impossible de prédire quand elle va en sortir, tant les facteurs à l’œuvre se renforcent les unes aux autres. Par ailleurs, si la déflation impacte négativement la consommation et le pouvoir d’achat des ménages, elle pèse aussi sur la dette des Etats. Ces derniers voient en effet la charge de leurs dettes augmenter en raison de la hausse du taux réel de celles-ci entrainée par une inflation négative. Pour éviter qu’une telle éventualité ne survienne, les mesures qui peuvent être adoptées sont nombreuses, à commencer par la baisse du loyer de l’argent, par les banques centrales. La logique sous-jacente à cette action est d’accroitre l’injection de liquidités dans l’économie afin que l’inflation ne soit pas au-dessous d’un seuil fixé. La création monétaire est donc parmi les instruments qui peuvent permettre de lutter contre la déflation.

Comment protéger son pouvoir d’achat contre la déflation ?

Bien que les instruments mis en place par les banques centrales, ainsi que par les différents pouvoirs publics, aient déjà fait leur preuve dans la lutte contre la déflation dans le passé, leur efficacité est loin d’être à toute épreuve. L’exemple du Japon est là pour en attester. Ce pays a passé plusieurs décennies à combattre la déflation par les mesures les plus radicales, avec des résultats qui peinent à convaincre. En Europe, même si les risques de déflation ne sont pas élevés, ils ne sont pas nuls non plus. Confrontés de façon quasi-permanente à la spéculation, certains secteurs d’activité sur le Vieux continent peuvent ainsi l’entrainer dans une spirale de déflation, notamment l’immobilier. Pour se prémunir des effets de celle-ci, il faut privilégier certains actifs par rapport à d’autres au niveau des investissements.

Les emprunts d’Etat sont les plus conseillés, ainsi que les obligations d’entreprise. Par contre, les actifs réels doivent être sous-pondérés en raison de leurs performances inférieures à celles des valeurs nominales durant les phases de déflation. Comme valeurs refuge, on ne choisira pas ainsi les actifs boursiers. Quant à l’immobilier, il ne présente pas plus de garanties par rapport aux actions, bien que son évolution ne soit pas systématiquement associée à des baisses de cours. En période de déflation, les matières premières, elles aussi, sont loin d’offrir de la fiabilité. C’est le cas, en revanche, de l’or, car, à part les obligations, le métal jaune est l’un des rares actifs dont la rentabilité demeure importante, pour leurs propriétaires et les investisseurs. L’or a pour avantage d’avoir non seulement un cours stable et élevé, mais aussi d’être échangeable facilement et partout contre d’autres biens. Il conserve sa valeur de monnaie universelle dans les temps les plus difficiles. Idem pour l’argent métal qui constitue lui aussi une valeur refuge en temps de déflation.

Phénomène peu répandu mais extrêmement dangereux, la déflation peut vite se transformer en un véritable cauchemar économique. Pour les investisseurs, qu’ils soient particuliers ou institutionnels, il est donc indispensable d’identifier les actifs qui préservent le mieux de ses effets, notamment sur le pouvoir d’achat. Les obligations d’Etat sont parmi les protections les plus efficaces, ainsi que l’or, qui conserve ainsi son statut de valeur refuge durant les temps de crise.